Comment les sociétés d'assurance utilisent le big data pour améliorer le traitement des demandes d'indemnisation

Bien que le secteur des assurances a toujours eu recours au recueil de données pour calculer les primes de risques et traiter les demandes d'indemnisation, jamais le volume de données disponibles n'avait été aussi important.

Le big data bouleverse non seulement la manière dont les primes de risques sont calculées afin de les rendre plus justes, mais il impacte également de manière considérable la manière dont les sociétés d'assurance gèrent les demandes d'indemnisation.

Comment?

La fraude constitue un problème de taille au sein du secteur des assurances. Selon l'association des assureurs britanniques, près de 130 000 cas de fraudes à l'assurance en vue d'obtenir une indemnisation ont été constatés en 2014, pour un montant total de plus de 1,3 milliard GBP (soit 1,6 milliard USD), une progression en valeur de 4% par rapport à 2013. Viennent s'ajouter les 212 000 cas de fraudes à la souscription d'assurance.

Aux États-Unis, le FBI estime le coût total de la fraude à l'assurance (hors assurances santé) à plus de 40 milliards USD (30 milliards GBP) par an, une perte qui se traduit par une baisse des primes d'assurance de l'ordre de 400 à 700 USD par an pour une famille américaine moyenne.

Le Big Data marque le début d'une nouvelle ère dans la lutte contre la fraude à l'assurance. Une solution réside dans l'approche adoptée par les compagnies d'assurance en matière de demandes d'indemnisation, en passant d'une approche axée sur la demande d'indemnisation à une approche centrée sur l'assuré. En d'autres termes, le big data, ou plus exactement la capacité à analyser le big data leur permet d'identifier les différents types de comportements. Par exemple, combien de demandes d'indemnisation similaires ont été soumises par le même individu ?

Néanmoins, les compagnies d'assurance peuvent également ne pas se limiter aux données recueillies par leurs soins et utiliser les données renseignées par leurs propres clients via leurs comptes sur les réseaux sociaux, leurs smartphones et dispositifs télématiques (comme les appareils de contrôle embarqués sur une voiture pour mesurer la vitesse, l'utilisation du frein etc) dans l'optique de vérifier la véracité de la demande d'indemnisation. Par exemple, est-ce que le demandeur est en contact avec d'autres individus ayant eux aussi soumis des demandes d'indemnisation ? Si un client est lié sur les réseaux sociaux à une personne contre qui il a déposé plainte ou si le même garage automobile est impliqué dans plusieurs cas de demandes d'indemnisation, cela peut mettre la puce à l'oreille à la personne chargée du traitement des demandes d'indemnisation. De même, si un accident a été causé par une soi-disant pluie battante, l'assureur peut vérifier le temps qu'il faisait à la date et à l'heure du sinistre pour s'assurer de la véracité des informations fournies. En outre, les données recueillies peuvent être utilisées pour mettre au point des modèles informatisés capables d'estimer la probabilité de demandes d'indemnisation pour que la compagnie d'assurance puisse anticiper et se préparer.

Investissements d'avenir

Comme c'est le cas pour de nombreuses entreprises, les compagnies d'assurance vont devoir, dans les prochaines années, investir massivement pour pouvoir faire face et analyser l'explosion des données de la manière la plus efficace qui soit. Pour tirer pleinement profit des données, il est essentiel d'investir massivement dans les nouvelles technologies, notamment dans les solutions de stockages des données et les plateformes d'analytique.

“Compte tenu de l'ampleur des tierces parties et des Big Data générées à présent, les assureurs vont certainement être amenés à avoir davantage recours aux techniques d'apprentissage automatique et à utiliser de nouveaux types d'outils de modélisation qui vont au-delà des analyses multidimensionnelles les plus traditionnelles, en utilisant des techniques de modélisation linéaires généralisées, affirme l'analyste du secteur chez PwC.

La sophistication croissante de la gestion de données au sein des compagnies d'assurance offre également la possibilité aux clients de charger leurs demandes d'indemnisation directement sur les systèmes de l'assureur, en accompagnant leur demande d'une vidéo ou d'une photo en pièce jointe en guise de preuve.

Compétences recherchées

Comme c'est le cas dans la plupart des secteurs, le besoin d'attirer et de retenir les employés dotés de compétences numériques est plus que jamais essentiel. Chez Huxley, nous prévoyons que les individus qui possèdent de solides compétences en analyse de données, en développement de logiciels et en sciences des données combiné à un sens des affaires seront fortement demandés sur le marché.

Huxley Banking and Finance est un cabinet de recrutement international spécialisé dans les secteurs de la banque et de la finance.

Nos consultants ont une compréhension intuitive des marchés sur lesquels ils opèrent et ont accès à un vivier de talents hautement qualifiés en France et dans le monde. Pour de plus amples informations, n'hésitez pas à nous contacter. 

 

Être freelance, avantages et inconvénients

01 mai 2018

Être freelance, avantages et inconvénients

5 astuces pour améliorer vos chances de recevoir une réponse à votre candidature

01 avr. 2018

5 astuces pour améliorer vos chances de recevoir une réponse à votre candidature

Tags: TECHNOLOGY

En quoi l’apprentissage automatique a-t-il un impact sur les compétences dont vous avez besoin pour sécuriser votre prochain emploi en tant que Data Analyst ?

01 oct. 2018

En quoi l’apprentissage automatique a-t-il un impact sur les compétences dont vous avez besoin pour sécuriser votre prochain emploi en tant que Data Analyst ? En tant que Data Analyst, il est important de vous préparer aux différents changements à venir.

Comment réussir votre entretien d'embauche en tant que développeur .NET

01 juil. 2018

Prêt(e) à franchir le prochain cap dans votre carrière en tant que développeur .NET? Voici quelques conseils pour résussir votre entretien d'embauche.

Tags: TECHNOLOGY